Couettes naturelles: un contrôle étape par étape

Comment contrôler la qualité?

Chaque atelier présenté sur CouetteDuvet.fr se doit d’assurer la qualité de son duvet. Pour cela, ces derniers ont recours à un protocole comportant diverses étapes et répondant à une variété de critères. C’est une étape essentielle de la chaîne de production. Lorsqu’un nouveau lot du duvet est apporté à l’atelier, un échantillon est prélevé. Entre chaque lavage et étape de la chaîne de production, de nouveaux échantillons sont tour à tour examinés. Cette méthode vise à évaluer la pureté du duvet, sa teneur en oxygène et son élasticité. Si le duvet passe cette série de tests avec succès, alors il pourra être utilisé.

Contrôle de la qualité du duvet

Les 6 étapes clés:

1. La nature du duvet

Est-ce du duvet d’oie ou de canard ? Les experts, à l’aide d’une loupe, s’emploient à les distinguer en prêtant attention aux petits crochets parsemant le duvet. Le duvet d’oie, par exemple, arbore des crochets légèrement plus larges, localisés au centre des fils plutôt qu’aux extrémités.

2. La qualité du duvet

Pour évaluer la qualité du duvet, un atelier va extraire un échantillon de trois grammes environ d’un lot reçu. Celui-ci est ensuite longuement analysé : dans un premier temps sont séparés les différentes composantes : les plumes, le duvet, le duvet abîmé, et enfin tout autre matériau tel que des brindilles ou de la terre. Dans un second temps, les experts estiment la quantité de duvet présente dans l’échantillon. Plus le taux de duvet dans un échantillon est élevé, plus celui-ci sera de qualité.

duvet et plumes dans le laboratoire

3. Le pouvoir gonflant

Cependant, le gage de qualité d’un duvet d’oie ou de canard reste avant tout son pouvoir gonflant. Celui-ci se mesure en Cuin. Par pouvoir gonflant, il faut entendre la capacité d’un duvet à reprendre son aspect d’origine une fois compressé. En d’autres mots, il s’agit là de la densité du duvet. Plus une couette aura de pouvoir gonflant, plus celle-ci sera chaude et isolante.

Le pouvoir gonflant

4. Le nettoyage du duvet

Cette étape est toute aussi importante. Ici, l’on s’assure que le duvet est suffisamment propre, et donc l’eau utilisée pour laver le duvet est successivement versée dans un cylindre avec une croix noire à son extrémité. Si la croix est toujours visible une fois le cylindre rempli d’eau, alors le duvet est jugé suffisamment propre. Dans le cas contraire, il est lavé de nouveau et le processus est répété autant de fois que nécessaire. Selon les ateliers, les standards de qualité et mesures varient.

5. Déterminer la teneur en oxygène

Une fois le duvet suffisamment propre, sa teneur en oxygène est mesurée. Pour ce, l’on prélève environ 100 grammes de matière première. Outre mesurer la teneur en oxygène, cette étape permet également éliminer toute substance non visible à l’œil nu.

Éprouvette graduée

6. Matière grasse résiduelle

Enfin, la dernière étape consiste à évaluer la teneur en matière grasse du duvet. Un taux trop faible (moins de 0,7%) ne permettra pas au duvet de durer dans le temps. En revanche, un duvet avec un taux trop élevé (plus de 2%) risquera de dégager des odeurs indésirables.